«

»

août 26 2013

Imprimer ceci Article

Les blogueuses n’écrivent pas que sur leurs blogs …

Pour la 3 ème année, Aufeminin organise un prix littéraire.

Pour y participer, il fallait écrire une courte nouvelle (entre 2000 et 6000 signes) avant le 14/08/2013.

La nouvelle devait entrer dans un des thème suivant :

1. Mon sac, je glisse toute ma vie dedans. Mais… où est-il passé ?
2. Mon passeport est périmé, vous êtes sûr ?
3. Je suis des yeux l’avion dans le ciel. C’est maintenant que tout commence.
Quelques supers blogueuses, que j’espère vous lisez aussi, ont participé.
ecrire Les blogueuses nécrivent pas que sur leurs blogs ...

Je ne peux que vous encourager à voter pour elles, elles le méritent amplement.

Flying Mama notre hôtesse de l’air préférée a choisi le thème 3 évidemment :  Petite tête en l’air

Il est encore tout petit et pourtant déjà si grand. Aucun de ses copains ne vit la même chose que lui, il est un peu unique. Son papa est toujours surpris de l’autonomie de son fils, lui qui le voit grandir chaque jour un peu plus. Dans le regard de son enfant il lit aussi sa tristesse. Ses longs cils noirs, issus de l’héritage maternel, bordant des yeux d’un vert profond cachent un douloureux secret, qu’il partage avec son papa.

Sa maman n’est pas là, elle est partie. Chaque avion dans le ciel lui fait penser à elle. Il regarde les nuages et suit du regard l’avion qui s’éloigne très haut en laissant une trainée blanche, comme un fil qui le relie à lui. Cet avion lui a pris sa maman. Ses yeux d’enfants sont à nouveau humides.

Maman Bavarde, institutrice de son État (et dans un État certain) se replonge dans sa jeunesse :  Secrets

La vérité vraie que je ne peux pas dire à la maîtresse, c’est que tous les matins, je confie mon petit sac à Mamie, qui y glisse un sachet de bonbons en allant acheter son pain, et qui le dépose au bout de la cour de récré, derrière le plus petit des sapins,

où je cours le récupérer avec Aurélie et Patricia, mes meilleures amies de la vie.

 

Vive les pestes qui en vrai n’en est pas du tout une :  La terrasse

Elle aimait cette maison plus que tout, cette terrasse ombragée le matin, ensoleillée l’après-midi, c’est là qu’elle s’installait pour prendre son thé, réfléchir, se reposer et bien sur écrire ses nombreuses lettres.

Comme si l’inspiration poussait dans les arbres du jardin et circulait en même temps que l’air frais qu’elle respirait, chaque fois qu’elle venait ici, elle écrivait des dizaines de lettres.

 

Allo maman dodo qui nous fait décoller avec :  Et si…

Depuis des années, mon sac est comme ma vie, réglé comme du papier à musique. Classé. Carré. Pas de fausse note.

Pourtant ma vie sonne faux. J’aimerai être cette fille qui lâche tout sur un coup de tête, j’aimerai… J’écoute un peu de musique pour me déstresser.

«Pardon » me dit une voix grave. J’ouvre mes yeux. Un homme, grand, très grand, essaye de passer devant moi pour s’asseoir. Je me pousse. Il s’assoit.

Je regarde l’heure. 12h12. Bon présage. J’éteins le téléphone avec la sensation que tout va bien se passer. Les chiffres sont avec moi. Qu’est ce que j’ai avec les chiffres ? Je compte trop. Mon besoin de contrôler les nombres, de mesurer, de tout savoir. Surtout, ne pas se laisser avoir par le hasard.

 

Malise, émouvante aux larmes :  Ces vies qu’il aurait pu avoir

Demain, ils achèteront un appartement à eux deux, plus grand, pour recevoir tout le monde. Et ils se marieront aussi, il y tient, parce qu’il tient à elle.

Mais il n’y a jamais eu de demain.

 

Rock and Mom nous donne des frissons dans le dos avec : La liste

Tout s’efface à mesure que le sang se retire du corps de Blanche. Un frisson parcourt son dos, court sur son échine et Bianca apparaît. Bianca ne se laissera pas faire elle.

«Rendez-moi mon sac à main espèces de salopes» lance t’elle d’une voix forte. Des regards éberlués lui répondent. «Ne faites pas les innocentes, rendez moi mon putain de sac à main !» rugit-elle cette fois «je compte jusqu’à 5 : 1, 2, 3 …»

 

Femme sweet femme dont aucun mot ne peut résumer son brillant texte :  La bascule

Je m’étais souvent demandé comment ce serait, le jour où on m’annoncerait une terrible nouvelle. Comment je vivrais ces quelques secondes qui font basculer une vie, ces secondes que nous vivons tous un jour. Je m’étais demandé si, comme dans les films, tout ce qui m’entourait se mettrait à fonctionner au ralenti, si les bruits me parviendraient étouffés, si je me sentirais loin de tout, si je crierais.

Pour voter pour elles (oui, pour elles toutes), il suffit d’aller sur leur nouvelle respective et de cliquer sur « j’aime ».

Merci pour elles !

Vous avez aimé cet article ? Partagez le:
loading Les blogueuses nécrivent pas que sur leurs blogs ... hellocoton Les blogueuses nécrivent pas que sur leurs blogs ...

Vous aimerez surement :

4 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. delphine (59 comments)

    ok on vote alors!!!

  2. Bealapoizon (4 comments)

    Merci Madame, mais je tiens à rectifier : je suis une vraie peste !! Nan mais :-)

  3. eva (1 comments)

    Bravo aux participantes, j’aimerais bien avoir un tel talent pour l’écriture, surtout que leurs histoires sont très réussies!

  4. Confidences de maman (45 comments)

    Moi, j’ai voté. Il y a vraiment de superbes textes !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge