L’histoire de la maman qui cherchait l’introuvable …

Il était une fois (Once upon a time pour les Ricains) une douce, charmante, magnifique et très très très patiente maman… hum… qui avait entre les mains la liste des fournitures scolaires de sa CE1 de fille.

Cette douce et volontaire maman, qui n’en est donc pas à sa première fois (mais bon, le CP ça ne compte pas …) se trouva fort dépourvue quand dans le rayon du supermarché elle ne trouva pas ce que demande la maitresse.

Un p*t%ai$ de classeur 17×22.

Les grands ça pullulent dans les rayons, mais les petits rien.

fournitures-scolaires

Les courses de la rentrée scolaire, c’est à dire celles où tu achètes les fournitures demandées par les gentilles maitresses, sont vécues de 2 façons différents.

Quand tu es enfant, tu adores. Cette joyeuse effervescence, toutes ses jolies couleurs dans les rayons, les copines que tu croises devant les colles UHU, le cahier de texte ou l’agenda que tu choisis consciencieusement (parce que bon tu vas l’ouvrir tous les jours quand même).

Quand tu es adultes, tu deteste ça plus que te faire arracher une dent. Ce bordel intersidéral dans les rayons, tous les cahiers 24×32 et les pochettes perforées sur lesquelles tu glisses, la maman de Natacha qui te tiens la jambe 2 plombes devant les colles UHU, le cahier de texte dont tu te fous royal que ton gamin mets 3 heures à choisir (mais c’est pour écrire les devoirs, on s’en fout quoi si c’est Hello Kitty ou Pokemon).

Et puis il y a la fourniture introuvable. C’est invariable. Enfin si, ça varie.

Une année c’est le cahier A4 petits carreaux à spirales avec des portées pour la prof de musique. L’année d’après c’est l’ardoise un côté craie, un coté feutre, l’année d’après c’est le compas 3 largeurs (ça n’existe pas j’invente pour la petite histoire).

Ils sont pas cons les profs, si chaque année ils te faisaient trouver le cahier A4 petits carreaux à spirales avec des portées pour la prof de musique, tu serais assez maline pour en acheter 6 la première année… Que néni, chaque année, du CP à la terminale tu te casseras la nenette à trouver le bordel introuvable (cherche pas c’est dans les lois de la mère parfaite).

Alors voilà, je me permets de passer cette petite annonce.

Si tu vois passer un classeur (ni bleu, ni vert, c’est la maitresse qui le précise), non translucide, 17×22 doubles anneaux, tu m’intéresses !!

A charge de revanche l’un prochain quand tu chercheras un porte-vues 110 pages alors que seuls les 120 existent !!

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez surement :

5 Comments on L’histoire de la maman qui cherchait l’introuvable …

  1. Céline C
    04/09/2014 at 2:49 (8 mois ago)

    Trouvé chez office dépôt, j’ai mis le lien sur facebook.

    Répondre
  2. Florence BatMax
    04/09/2014 at 4:30 (8 mois ago)

    Mais POURQUOI tu inventes un compas trois largeurs ?
    (signé une prof de maths vexée) (et pis d’abord cela ne veut rien dire … 3 largeurs :p )

    Répondre
  3. Audrey
    12/09/2014 at 3:56 (7 mois ago)

    Ton billet m’a fait sourire : 24×32, 21×29,5, petits ou grand carreaux, papier 80 g, 96 pages, etc. On s’habitue à la précision. Du coup, j’ai eu un mal fou à interpréter ce que voulait dire « un paquet de feuilles simples » ! Je me suis triturée les méninges, je me suis renseignée, j’ai sondé Google… Et je n’ai toujours pas percé le mystère ;-)

    Répondre
    • mamananonyme
      18/09/2014 at 12:03 (7 mois ago)

      Ce sont juste des feuilles de classeur simple. A l’inverse des copies doubles (ah les fameuses copies doubles !!)
      ;-)

      Répondre

Leave a Reply

CommentLuv badge