Faut-il parler sexualité avec ses jeunes enfants ? …

Je sais en tant que maman, comme il est surprenant, déroutant et paralysant d’entendre pour la première fois dans la bouche de son tout jeune enfant « Comment on fait les bébés ?« , la sexualité pour un enfant est forcément quelque chose qui amène plein de questions, plus ou moins saugrenues, mais qu’il faut prendre au sérieux.

Pour ma part, j’étais enceinte de ma petite, la grande avait un peu plus de 3 ans. La question posée innocemment, je l’attendais vue la situation. Ma réponse fut donc simple, adaptée à son age. Pas la peine d’en dire plus que ce qui suffit à contenter l’enfant. Le bébé est arrivé dans le ventre parce que papa et maman s’aime beaucoup. Une petite histoire de graine, de sac pour la faire pousser et ma fille était contente.

De même, le jour, proche de la naissance de sa soeur, ou elle m’a demandé comment elle allait sortir de là. « Les mamans ont un trou fait pour ça, il s’ouvre et se ferme pour laisser passer le bébé. Une sage-femme dont c’est la métier de faire sortir les bébés m’aidera et papa sera là« . Elle était rassurée et satisfaite. Je n’ai jamais menti, j’ai juste dit ce qu’elle était capable d’entendre et de comprendre.

Par la suite, j’ai eu quelques moments de répits, et puis il y a quelques mois, de nouveau des questions de sexualité.

Comme les choses deviennent plus sérieuses et les questions sexualité plus précises, j’ai préféré prendre un livre comme repère de ce qu’elle peut entendre et comprendre à son âge – 5 ans et demi –

Cette encyclopédie en quatre volumes se propose d'aborder de la manière la plus large et la plus objective les problèmes de la sexualité, sous leur double aspect scientifique et relationnel. Racontée sous forme d'histoire dans les tomes 4-6 ans et 7-9 , la vie sexuelle est mise en scène sans préjugés ni tabous. Elle est illustrée clairement dans un style tendre et humoristique

Tu as donc là, la réponse à la question posée en titre de l’article. Oui, je pense qu’il faut parler librement, avec les bons mots, et dès qu’ils le demandent, de sexualité avec ses enfants. Les questions qu’ils posent à leurs parents sont naturelles, sans vision dites « perverses », sans arrières pensées sexuelles. Ils demandent comment on fait l’amour, comme il demanderaient comment on fait du pain !

Et ils attendent de nous qu’on leur parle avec la même simplicité aux deux questions.

Ne pas répondre à leurs questions sexualité, c’est prendre des risques :

– qu’ils se fassent leur propre opinion, surement fausse pour le coup.

– qu’ils demandent à des camarades de leur âge ou pire, un peu plus âgés, et qu’ils s’entendent répondre des âneries.

– qu’ils se disent définitivement que ces questions là sont taboues, mal, qu’elles énervent papa et maman … et que donc, plus jamais ils n’osent en parler… bonjour à 15 ans pour rattraper les dégâts ou tenter d’aborder le sujet…

Enfin, ce n’est que mon humble avis !

Et toi, tu parles sexualité avec eux, tes enfants te posent des questions, tu te souviens si tu en parlais avec tes parents facilement ?

 

Billet spécial Halloween [Questions qui font peur dedans] …

Pour marquer un peu le coup de cette journée d’Halloween, bouhhhh, Certains des 15 blogs, te propose des questions en rapport avec le thème Halloween.

Voici donc mes 6 questions et mes 6 propres réponses, je te laisse me donner en commentaire les 6 tiennes !

Oui ça fait 666 !!

Tu te doutes, avec ma passion du gore, que je vais commencer par Quel est ton film d’horreur préféré ?

Moi, je vais dire sans l’ombre d’une hésitation, 28 jours plus tard … parce que les zombies quoi !

Le film qui t’a empêché de dormir ?

Un film complétement dingue, Human centipede. Parce qu’il faut être dingue pour faire un film pareil, et encore plus pour le regarder …

Celui que tu n’as jamais eu le courage de regarder ?

L’exorciste. J’aime les boyaux, pas les fantômes ou les esprits frappeurs …

 

Le livre qui t’as fait le plus peur mais que tu as dévoré jusqu’au bout ?

La route de Cormac McCarthy. Envoutant, effrayant, un livre qui nous fait nous poser des questions sur l’avenir de l’humanité….

La nourriture du mal ou l’aliment le plus immonde que tu ne voudrais surtout jamais manger ?

Puisqu’il faut appeler un chat un chat, de la merde. Non, mais franchement, c’est le pire du pire non ? sinon, parfois dans Kho lanta, ils mangent des trucs bien beurk aussi …

Une anecdote sur le moment de ta vie où tu as eu le plus peur ? (mais genre rigolo ou paranormal, pas un vrai drame)

Comme tu le sais ou pas, j’ai bossé dans une maison de retraite quand j’étais une jeune et jolie étudiante blonde sexy – pour la recherche google – Il y avait cet été là une dame toute mignonne qui nous racontait toujours des histoires farfelues. Elle aurait été présidente de le République Française, chasseuse de loup, soldat sous Napoléon … bref, elle était atteinte d’une maladie dégénérative du cerveau. Un jour, alors que j’étais seule avec elle dans sa chambre pour la toilette du soir – la nuit donc – elle me dit :

« Fait attention, il est derrière toi  »

Je me retourne personne.

« Il va t’attraper, attttentionnnn »

Là, j’ai le trouillomètre qui s’agite. Je me retourne personne.

« Il est dans l’autre pièce, derrière la porte, il va te tuer, méfie-toi »

L’autre pièce c’est la salle de bain de sa chambre qu’elle me désigne. Je devais y retourner  pour changer l’eau… j’ai dû mettre 3 min à me décider …

Et pendant toute la toilette elle me répétait de regarder derrière moi… je suis sortie de là tremblante. Elle a souvent recommencé.

Elle ne le faisait qu’avec moi, les autres collègues n’avaient jamais droit à cette histoire.

Même après sa disparition, j’avais peur d’aller dans sa chambre et je jure d’avoir déjà senti comme une présence dans cette chambre.

Et c’est aussi chez Cocoon, chez C’est quoi ce bruit , Testinaute, les 7 pêches et capitoMaman chanteMaman bavarde , Papa-blogueur et chez Flying Mama !

A ton tour de répondre aux questions !

C’est quoi ta plus belle histoire d’Internet ?

Internet est entrée dans ma vie en 1999. 1 an après qu’un ordinateur digne de ce nom soit entré dans ma chambre – mon premier était un Amstrad 6128. Je me souviens que je le bidouillais en langage C: que l’on appelait langage basic. Pour ça j’avais un livre énorme plein de truc qui ne veulent rien dire. Mais c’est ce jour là que l’informatique m’a collé la peau.

Quand au début de l’an 2000, mes parents ont prit Internet, ma vie à changé. J’avais le monde à porté de main. Le savoir, la culture, les échanges via tchat – même si tu découvres vite que le monde est plein de vicieux – les téléchargements de MP3 …

Internet à changé ma vie. J’y ai trouvé l’amour, des amies, mes differents boulots.

Aujourd’hui j’y passe 8 à 10h par jour, pour le travail, pour le blog, pour les loisirs.

J’y fais mes courses, j’y organise mes RDV, mes fêtes, mes sorties. J’y ai beaucoup d’amis que l’on dit « virtuels » et qui portant sont si réels. Aujourd’hui je contacte qui je veux d’ou je veux et quand je veux. Ou que je sois, j’ai le monde dans ma main.

Avec tout ça, j’ai beaucoup de mal à déterminer qu’elle est ma plus belle histoire avec Internet. Hormis d’y avoir rencontré l’homme qui partage ma vie, le papa de mes 2 filles, chaque jour est une belle histoire avec Internet. Chaque jour j’y tisse des contacts, j’y évolue, je prépare mon avenir ou ma reconversion. Chaque jour je voyage un peu partout dans le monde en me connectant sur des blogs du monde entier.

Je ne sais pas si pour tout le monde Internet tient cette place, mais j’aimerai bien le savoir.

Pour toi, que représente Internet ? A changé ta vie ? Il t’as permis de voir les choses autrement ?

 

 

 

J’ai lu deux livres de mum porn… on en parle ?

Je vais la faire courte, j’ai lu récemment deux bouquins très chaud, que l’on appelle aussi mum-porn ou livre porno pour « bonne » mère de famille.

Pourquoi ?

Parce que … je suis curieuse, parce que ça change de Bella/Edward/Jacob et d’Hunger game, parce que j’aime bien avoir 15 ans parfois mais que dans la vraie vie j’en ai 32 et que c’est le genre de chose qu’on peut faire si on veut à 32 ans.

Lesquels ?

Le premier c’est l’ultra attendu « Fifty shades of grey », en français  » cinquante nuances de grey » – dommage, à la traduction on perd un peu du jeu de mot sur le grey / gris…

Pour connaitre le synopsis tu vas chez wikipédia !

Mais en gros c’est une fille dans la vingtaine, vierge – je ne parle pas zodiaque là – qui rencontre un type un peu dominateur et qui va lui faire vivre une sacrée aventure sexuelle.

Mon avis : c’est chaud sans être bouillant. C’est croustillant mais l’héroïne est énervante. C’est un twilight sans vampire et avec plein de sexe avant le mariage.

Dans un comparatif nul avec du porno classique, ce livre serait un film érotique du samedi soir sur M6 face à Dorcel sur Canal +… ça émoustille à peine la ménagère de moins de 50 ans que je suis.

Mais c’est sans doute un très bon moyen de démarrer ce genre de lecture, si tant est que l’on souhaite continuer … Et ça éclaire un peu sur la pratique du SM, d’un point de vue psychologie, pas d’un point de vue technique – quoique.

Je recommande donc sa lecture à toutes celles qui comme moi sont d’une nature curieuse, ça peut aussi alimenter quelques conversations entre lectrices et puis franchement, ça ne fait pas de mal de se détendre avec …

Dans la même lignée, mais en mieux, tu as Snuff de Chuck Palahniuk.

Là on entre dans tout autre chose. Le porno est bien le point de départ. Mais le vrai porno.

Une actrice porno décide de terminer sa carrière par un gang-bang avec 600 personnes – mon prochain billet sur les mots clés va être hum-hum.

Le roman nous fait suivre 3 de ces 600 hommes. En lisant le livre, vous comprendrez pourquoi eux, pourquoi elle …

Ce livre est un poil trash, sale, subversif à souhait mais c’est aussi un vrai éclairage sur le monde du porno, ses dessous – oh le jeu de mots – et ses secrets.

Certains passages sont répugnants – pas forcément dans le sexuel – comme cette salle de bain qui accueille les 600 hommes – non mais tu imagine une salle de bain qui voit passer 600 bonhomme sous viagra, se préparant à … bref, pauvre femme de ménage …

J’ai été très déçu par la manque de cru du livre – 1 femme / 600 hommes, ça ne fait rêver personne mais ça promet du lourd… Et bien non… Dommage.

C’était ma presque première aventure dans le livre chaud… je lirai surement les deux suites de Fifty shades ok grey… mais j’en resterai là.

Et toi, tu en lis, en a lu ? Raconte !

Moi, j’ai déjà …

Cette fois, on s’attaque au j’ai déjà – juste après le je n’ai jamais ... et c’est MaMaTwIns qui s’y colle la première !

Donc on va faire court :

1. j’ai déjà regretté d’avoir dit quelques chose 3 secondes après l’avoir dit,

2. j’ai déjà couché avec le mec d’une copine – mais ils étaient « séparés temporairement » et j’avais pas de mec moi –

3. j’ai déjà voulu me marier, puis plus du tout voulu, puis de nouveau eu envie… et là en ce moment j’ai très envie de le faire … et tout ça avec le même homme,

4. j’ai déjà vomi sur quelqu’un,

5. j’ai déjà eu un ou plusieurs secrets qui me permettraient de faire Secret Story,

6. j’ai déjà pleuré au travail – mais je pleure facilement en fait,

7. j’ai déjà changé de chemin et fait un gros détour pour éviter des coins sombres en rentrant tard le soir chez moi ou si je voyais un ou plusieurs mecs louches au loin,

8. j’ai déjà eu peur pour mes enfants, et j’ai détesté ça forcément,

9. j’ai déjà accepté de faire un truc que je ne voulais pas pour faire plaisirs

10. j’ai déjà fugué – j’avais 15 ans.

Et toi ????

Voyage, voyage … où tu veux, quand tu veux …

J’en parle rarement, mais j’ai un travail (si, si, pour de vrai, avec des chefs-chefs, des collègues, des clients et tout le toutim).

Dans mon travail, je dois entre autres choses, gérer les réservations des voyages professionnels partout dans le monde, de 7 personnes. Et en plus, ces personnes voyagent beaucoup, tout le temps et souvent à la dernière minute.

Trouver des vols, des hôtels, des restaurants parfois 2 jours avant c’est super stressant.

Depuis 5 ans que je suis à ce poste, j’ai tout de même pu me constituer un super réseaux d’hôtels – même de concierges d’hôtels super sympathiques et efficaces – et repérer des sites de réservation de billets d’avion simples à utiliser, qui me donnent rapidement des résultats de recherches fiables à des tarifs compétitifs – par ce que mon chef-chef, il est pas une multinationale et qu’il est content quand je ne dépense pas trop.

Je passe maintenant par vol24.fr. J’y trouve mon compte et chef-chef aussi puisqu’il est content.

Pas plus tard qu’il y a quelques jours, me voilà parti à la recherche d’un vol Paris / Düsseldorf – oui c’est pas super exotique mais c’est le business pas les vacances là – un aller-retour à faire dans la même journée à des horaires très précis pour ne pas perdre de temps …

Le tout pour le lendemain.

3-4 clic sur le site et j’avais mes billets à un prix ultra compétitif en choisissant parmi plusieurs compagnies et horaires. Pas de mauvaise surprise en plus sur les bagages – bon là il n’y en avait pas, mais souvent, il y en a. Possibilité d’assurance, d’annulation, de modification des billets.

D’un point de vu plus personnel, je suis assez fan de la possibilité de faire une recherche par budget.

Nous rêvons canada depuis quelques temps avec Chéri. En quelques secondes, j’ai pu budgéter la partie transport de ce futur voyage nord américain !

Elle ne dort toujours pas bien … non, et alors ?

Après la lecture mardi du billet de Papa- blogueur sur le sommeil des enfants, j’ai aussi eu envie de t’en parler !

Je ne vais te dire la même chose que son excellent billet, ici aussi, c’est l’homme qui gère 80% du sommeil depuis la fin de l’allaitement de la dernière – la grande il a toujours fait 99.99% environ. Ici aussi on test tout.

Non moi je vais te parler d’un autre problème… Les autres parents …

ça commence souvent par une discussion anodine. On parle de la pluie et du beau temps, on demande l’âge ou les prénoms des enfants … et puis, d’un coup, LA question« Ils dorment bien ? »

Ce n’est pas tant la question qui me pose problème, je comprends un peu, les gens qui la pose. C’est la réponse qui m’agace. Hormis quelques exceptions, j’ai toujours droit à la réponse que je redoute  » Ils dorment super bien depuis quasiment leurs naissances ».

Et là, dans ma tête, tout y passe :

– C’est dégueulasse

– Pourquoi pas moi ?

– Mais comment font-ils ?

– Qu’est ce que j’ai fait de mal ?

– J’aurais dû la laisser pleurer quand elle était bébé … etc …

Mais tout cela est complément bête. Évidement enchainer 2 ans de nuits hachurées, de soirées pourries par une enfant qui hurle, ce n’est pas drôle, c’est parfois même épuisant physiquement mais surtout moralement, mais c’est ainsi.

Je sais que des tas de gens ont de bons conseils à nous donner, la laisser pleurer, la prendre dans nos bras, lui mettre une veilleuse, changer son lit de place, méthode du 5-10-15, retourner la rassurer, retourner la disputer – si, on me l’a conseillé. J’ai même une collègue qui m’a conseillé de faire comme elle, mettre l’enfant au lit et aller au restaurant avec mon conjoint, sans baby-sitter sinon c’est pas drôle, histoire de décompresser… ben voyons !

Nous avons eu nos moments de découragement, nous avons dû renoncer à certains principes. Oui, nous l’avons laissé hurler dans sa chambre, chose que je m’étais juré de ne pas faire. J’ai eu des soirs d’énervement… j’en ai pleuré aussi… souvent en fait.

Mais le plus dur au final, c’est de répondre à cette question.

Le regard que la société nous porte, à nous parents de mauvais dormeurs. J’ai cette impression, peut être à tort, d’être jugée sur ce point. Comme si de ma réponse dépendait de savoir si je suis ou non une bonne mère. Comme si cette réponse  » non, elles dort très mal » était une preuve ultime de notre incompétence.

Nos filles sont polies, agréables et aimantes, j’exclue le mot sages exprès, elle ont bien le temps d’être sages, elle sont juste des petites filles pour le moment. on ne peut pas nous faire reproches la dessus.  Je travaille mais pas trop pour être tout de même présente avec elles, nous sommes un couple uni, l’amour inonde notre petit appartement ! … Ce problème de sommeil c’est notre talon d’Achille de l’éducation…

J’ai donc deux solutions :

– Assumer

– Mentir …

Je sens que je vais adapter ma réponse à mon interlocuteur !

L’administration, dites moi qu’ils le font exprès …

J’habite dans un ville plutôt bien. Une ville où il est agréable d’avoir des enfants – pour un ville de petite couronne parisienne, rien à voir avec une petite ville de province. Une ville comme toutes les autres niveau administration !

Il n’y a pas de places en crèche donc pour palier ce gros manque, la municipalité nous donne 150 euros par trimestre – 50 euros par mois – pour nous aider à rémunérer notre assistante maternelle. Et uniquement l’ass mat, l’emploi d’une nounou à domicile ça ne marche pas. Bref, c’est bien, surtout que je ne suis pas fan de la crèche et que donc nous aurions plutôt prit une ass mat tout de même !

Mais attention, ces 50 euros, il faut les mériter. Il faut chaque trimestre – heureusement que c’est pas chaque mois – envoyer une thèse un dossier très complet justifiant de la garde de notre fille.

Jusqu’à maintenant il fallait :

-3 bulletins de paye de chacun des parents,

– 3 déclarations paje de notre assistante maternelle chérie,

– 1 justificatif de domicile de moins de 3 mois

C’est un peu chiant mais c’est gérable, surtout qu’ils permettent d’envoyer le dossier par mail.

Mais ça c’était avant.

Parce que dans une de leur réunion à la c*n, ils ont décidé de compliquer +++ les choses. Et je ne te parle pas du nouveau système de calcul qui va nous dire à coup sûr que nous n’avons plus droit à grand chose… c’est un détail.

Regarde un peu :

Désolée pour la qualité très médiocre de cette photo !

Surtout que ces papiers là ont déjà été fourni au moment de la constitution du dossier famille, au moment de l’inscription de la grande à la cantine et au centre de loisirs de l’école.

Le must étant les dates des différents documents.

Le courrier a été écrit/imprimé le

Il a été envoyé le :

Et je l’ai eu en main hier soir – je bosse – soit le 08/10.

Tous ces papiers super chiants à obtenir sont à envoyer avant le 30/10… je n’ai que ça à faire évidement !

Depuis le temps qu’on fournit des documents à droite à gauche, ils savent tout sur nous. Pourquoi tout cela n’est pas centralisé quelque part, au niveau local, régional et national ?

Bref, je râle pour rien, je sais, mais ça fait du bien de râler parfois !

 

Peut-on tout dire sur son blog ? …

Ce blog existe depuis presque 1 an.

En un an, il est passé d’un blog de rien du tout lu par 25 personnes par jour – 25 copines en plus – à un blog lu par 500 à 800 personnes par jour et ça monte , ça monte… ça c’etait ma minute EGO.

Mon ego entre un peu dans la question « peut-on tout dire sur son blog ? »

Concrètement, est-ce que je pourrais écrire ici ce que je veux sans choquer, déranger, faire fuir les lecteurs – toi en gros ?

J’ai parfois des billets qui me démangent.

Certains super personnels feraient des dégâts – je ne parle pas de toi chéri, toi je t’aime trop à la folie – d’autres pourraient être rangés dans la catégorie Politiques, avis de citoyenne, sexe – j’ai des enfants je te rappelle et ça fait parti de la vie aussi – par exemple.

Certains sont même écris, mais il ne sont pas en ligne. Je n’en ai pas encore trouvé le courage je pense.

J’ai peur. Peur de l’effet que ça produira, peur des retombées, peur d’en dire trop, peur de faire du mal – je suis une fille super méga gentille – et chiante – peur qu’après je ne puisse plus revenir en arrière ou de ne pas pouvoir bénéficier du droit à l’oubli.

J’ai donc plusieurs solutions :

Je publie et je serre les fesses très fort – ça c’est pour la partie sexe, c’est fait. t’es choqué(e) ?

Je publie ailleurs, chez la génialissime Mère geek par exemple ou sur un blog que j’ouvre en parallèle. Mais en même temps ce que j’ai envie d’écrire et d’envoyer à la face du web, je ne veux pas le faire en secret.

Je renonce, j’oublie, je passe à autre chose.

Voilà, aujourd’hui je te le demande. Puis-je tout dire ici ? Viendrais tu toujours si certains billets étaient dérangeants – genre 1 ou 2 fois par mois ?

 

 

 

Je n’ai jamais …

Merci Milie C’est quoi ce bruit pour cette jolie occasion !

Donc moi je n’ai jamais :

*Je n’ai jamais fumé de cigarette,

*Je n’ai jamais conduit bourrée,

* Je n’ai jamais été opérée,

* Je n’ai jamais touché une arme à feu,

* Je n’ai jamais eu de tatouage ou de piercing – les oreilles ne comptent pas –

* Je n’ai jamais été mariée,

* Je n’ai jamais fait de mal à quelqu’un volontairement,

* Je n’ai jamais fait une fiesta d’enfer pour mon anniversaire,

* Je n’ai jamais fait un « truc » à 3 – et par truc je ne parle pas d’une bouffe,

* Je n’ai jamais été arrêté par le police.

Et c’est en écrivant ces lignes que je me dis que je suis assez sage au final !

Et toi ? tu n’as jamais quoi ?