Garder la Tête Haute avec de beaux headbands …

J’ai une passion pour les headbands. tu le sais un peu depuis mon billet sur ce thème il y a quelques mois.

J’ai découvert récemment une boutique très chouette qui vends des bandeaux de cheveux – headbands donc – super mignons, pas cher – tu flipperais des prix parfois sur certains site !

Victoria la créatrice, s’est lancée il y deux ans dans la création de bijoux de tête. Elle aimait déjà les headbands et en voyant les prix pour les faire venir des USA, elle s’est dit  » heu, je vais peut être plutôt les faire moi même là« .
Depuis, elle les fabrique donc.

Et pas n’importe lesquels. Des serre-têtes en tissus, des bandeaux qui sont plus des bijoux que des bouts de toiles, et une collection spéciale pour les enfants les « Mini Me » composée de bandeaux et de serre-tête dans des tissus liberty, à étoiles ou à pois.
Regarde !

Elle a aussi  créée son blog « Tête Haute » pour faire partager ses dernières créations, ses looks et pourquoi pas, plus encore …
Après une longue pause bébé – elle aussi 😉 – elle a repris « le chemin de l’atelier » pour développer ce qui au départ n’était qu’un hobby, mais qui est devenu une belle avanture.

File vite y faire un tour, sa boutique le mérite !

Moi, mon chou-chou c’est le Margot

Message personnel : « Chéri, c’est bientôt Noël !! »

*Billet ni sponsorisé, ni échangé, ni rien du tout, juste parce que c’est beau !!!

Faut-il parler sexualité avec ses jeunes enfants ? …

Je sais en tant que maman, comme il est surprenant, déroutant et paralysant d’entendre pour la première fois dans la bouche de son tout jeune enfant « Comment on fait les bébés ?« , la sexualité pour un enfant est forcément quelque chose qui amène plein de questions, plus ou moins saugrenues, mais qu’il faut prendre au sérieux.

Pour ma part, j’étais enceinte de ma petite, la grande avait un peu plus de 3 ans. La question posée innocemment, je l’attendais vue la situation. Ma réponse fut donc simple, adaptée à son age. Pas la peine d’en dire plus que ce qui suffit à contenter l’enfant. Le bébé est arrivé dans le ventre parce que papa et maman s’aime beaucoup. Une petite histoire de graine, de sac pour la faire pousser et ma fille était contente.

De même, le jour, proche de la naissance de sa soeur, ou elle m’a demandé comment elle allait sortir de là. « Les mamans ont un trou fait pour ça, il s’ouvre et se ferme pour laisser passer le bébé. Une sage-femme dont c’est la métier de faire sortir les bébés m’aidera et papa sera là« . Elle était rassurée et satisfaite. Je n’ai jamais menti, j’ai juste dit ce qu’elle était capable d’entendre et de comprendre.

Par la suite, j’ai eu quelques moments de répits, et puis il y a quelques mois, de nouveau des questions de sexualité.

Comme les choses deviennent plus sérieuses et les questions sexualité plus précises, j’ai préféré prendre un livre comme repère de ce qu’elle peut entendre et comprendre à son âge – 5 ans et demi –

Cette encyclopédie en quatre volumes se propose d'aborder de la manière la plus large et la plus objective les problèmes de la sexualité, sous leur double aspect scientifique et relationnel. Racontée sous forme d'histoire dans les tomes 4-6 ans et 7-9 , la vie sexuelle est mise en scène sans préjugés ni tabous. Elle est illustrée clairement dans un style tendre et humoristique

Tu as donc là, la réponse à la question posée en titre de l’article. Oui, je pense qu’il faut parler librement, avec les bons mots, et dès qu’ils le demandent, de sexualité avec ses enfants. Les questions qu’ils posent à leurs parents sont naturelles, sans vision dites « perverses », sans arrières pensées sexuelles. Ils demandent comment on fait l’amour, comme il demanderaient comment on fait du pain !

Et ils attendent de nous qu’on leur parle avec la même simplicité aux deux questions.

Ne pas répondre à leurs questions sexualité, c’est prendre des risques :

– qu’ils se fassent leur propre opinion, surement fausse pour le coup.

– qu’ils demandent à des camarades de leur âge ou pire, un peu plus âgés, et qu’ils s’entendent répondre des âneries.

– qu’ils se disent définitivement que ces questions là sont taboues, mal, qu’elles énervent papa et maman … et que donc, plus jamais ils n’osent en parler… bonjour à 15 ans pour rattraper les dégâts ou tenter d’aborder le sujet…

Enfin, ce n’est que mon humble avis !

Et toi, tu parles sexualité avec eux, tes enfants te posent des questions, tu te souviens si tu en parlais avec tes parents facilement ?

 

DIY : Un calendrier de l’avent berlingots à faire avec ses enfants …

Depuis 3 ans, chaque année, je me dis que je vais faire un calendrier de l’avent maison avec ma grande. Mais chaque année, je m’y prends bien trop tard.

Et un jour, tout arrive !

J’ai donc pris bien soin de le réaliser 1 mois et demi avant – ce qui n’est pas une super idée puisque ma fille me demande maintenant chaque jour quand est-ce qu’on peux ouvrir les berlingots.

Parce que oui, notre calendrier de l’avent est composé de berlingots.

 

(1) Découpe des petites bandes de papiers – ici du papier cadeau – 15cm sur 15cm environ.

(2) Replie les sur eux-mêmes, colle ou agrafe une extrémité.

(3) Remplis de ce que tu veux – ici bonbons ou petites bidouilles selon les jours.

(4) ferme l’autre extrémité en inversant le sens de fermeture pour faire un berlingot.

Colle une étiquette avec un nombre de 1 à 24.

Fais un trou pour passer le fil – ici du bolduc –

Passe les berlingots sur le fil – j’ai mis dans le désordre pour que ma fille cherche un peu le bon chaque jour –

C’est fini …Enfin, reste à trouver ou l’accrocher !

 

J’ai testé une parapharmacie en ligne …

Il y a quelques semaines, j’ai pu tester une parapharmacie en ligne.

Jusqu’à présent, j’achetais mes produits type gel douche, liniment, sérum phy … à la pharmacie de mon quartier. Je la pensais plutôt pas trop cher – vu que dans le quartier, t’es tranquille, mais tu payes tout cher pour ça –

J’ai vite compris qu’au final, ma pharmacie de quartier est cher au vu des tarifs de cette parapharmacie en ligne.

Déjà, un gros point positif, tu y trouves de tout, chose un peu plus complexe dans une pharmacie de quartier aux murs non extensibles.

Mais surtout LE point ultra positif, celui qui me fais faire aussi mes courses alimentaires en ligne, c’est que je n’ai pas à y trainer mes gamines. Et c’est bien connu, dans les magasins, les enfants sont toujours très sage et respectueux des règles. Ils ne touchent pas à tout, ne veulent pas avoir « cette jolie totote bleue, regarde maman, elle brille dans le noir » ou aller faire pipi systématiquement parce qu’une fois la dame l’y a emmener et que depuis, elle a développé un réflexe pavlovien – c’est du 100% vécu et tout le même jour !

Le site est bien fait, rangé en « rayon », bébé, corps, cheveux … Un système de recherche digne de ce nom permet de trouver de suite un produit particulier ou de filtrer sur une marque prise. Le panier fait l’addition pour bien gérer le budget.

Niveau enregistrement du profil, c’est rapide, et valider et payer l’est tout autant – tu peux payer par CB, Paypal, Buyster, Amex et E-CB.

Les frais de port sont au tarif normaux et même bas si ta commande atteins 59€ (6.99 € pour un montant d’achat jusqu’à 58.99 €. Frais de port à 2.99 € pour un montant d’achat compris entre 59 € et 68.99 €, frais de livraison offert à partir de 69 € d’achat). Tu reçois par mail un numéro de suivi colissimo pour savoir ou se balade le colis.

Tu l’auras compris, j’ai aimé utiliser ce site, et je le referai !

 

*Produits commandés offerts par la marque

 

 

 

Robot Zinzin de Vtech, le nouveau grand copain de mes filles …

J’ai eu la chance de pouvoir tester le tout nouveau Robot Zinzin de Vetch.

Rectificatif : Mes charmantes et adorables filles ont eu la chance de tester le super Robot Zinzin … et elles l’ont adopté immédiatement.

Le robot zinzin c’est un petit robot assez gros en fait (40 cm environ pour 2kg) permettant aux enfants d’apprendre les lettres, les chiffres et les couleurs, le tout d’une façon très ludique.

Ses caractéristiques :

Interactif, il réagit à la voix et au bruit. Quand mes filles sont dans la chambre et que le robot est en mode veille, il les appelle « petit humain … »

Apprentissage interactif. Le robot demande à l’enfant de faire des actions « j’ai faim, donne moi jetons » « tourne mon oreille bleue » « danse avec moi » … Il propose à l’enfant 6 modes de jeux pour apprendre du vocabulaire, à compter, les lettres et à épeler les mots. Il permet d’aborder les couleurs et la droite/gauche.

Il reconnaît les jetons insérés  -30 jetons inclus (26 lettres et 4 jetons pour apprendre un mot dans quatre langues)-  ce qui lui permet de corriger les erreur de l’enfant, de l’orienter vers la bonne solution et il y a toujours des solutions d’aide qui évitent à l’enfant d’être face à un échec insoluble.

Il est équipé d’une petite boîte en forme de sac à dos pour ranger les jetons. Super pratique.

Sa voix est très agréable , le son réglable n’est pas trop fort, un bon point. Il connait 6 chansons et 12 mélodies. En tapant dans ses mains l’enfant réveille ce mode de jeu.

Pour qui ?

Il est conseillé à partir de 3 ans mais très honnêtement, mes deux filles (5 ans et demi et presque 2 ans) y jouent très bien. Certes la petite ne fait que danser, insérer les jetons au hasard et tourner la mauvaise oreille, mais elle joue avec, regarde sa soeur faire, rigole bien et lui réponds quand il l’appelle !

Le bilan :

Ce petit robot est un vrai coup de coeur – mes abonnés Facebook l’ont vu dès le départ !

J’ai des vrais moment de paix à la maison quand les filles jouent avec, ce n’est pas toujours le cas pour tous les jouets. C’est un jouet qu’un enfant de 3/4 ans peut appréhender seul et il peut y jouer un bon moment puisque le robot propose de nouvelles choses régulièrement.

Je ne suis pas étonnée qu’il ait été élu jouet de l’année.

* Produit offert par la marque

J’ai lu deux livres de mum porn… on en parle ?

Je vais la faire courte, j’ai lu récemment deux bouquins très chaud, que l’on appelle aussi mum-porn ou livre porno pour « bonne » mère de famille.

Pourquoi ?

Parce que … je suis curieuse, parce que ça change de Bella/Edward/Jacob et d’Hunger game, parce que j’aime bien avoir 15 ans parfois mais que dans la vraie vie j’en ai 32 et que c’est le genre de chose qu’on peut faire si on veut à 32 ans.

Lesquels ?

Le premier c’est l’ultra attendu « Fifty shades of grey », en français  » cinquante nuances de grey » – dommage, à la traduction on perd un peu du jeu de mot sur le grey / gris…

Pour connaitre le synopsis tu vas chez wikipédia !

Mais en gros c’est une fille dans la vingtaine, vierge – je ne parle pas zodiaque là – qui rencontre un type un peu dominateur et qui va lui faire vivre une sacrée aventure sexuelle.

Mon avis : c’est chaud sans être bouillant. C’est croustillant mais l’héroïne est énervante. C’est un twilight sans vampire et avec plein de sexe avant le mariage.

Dans un comparatif nul avec du porno classique, ce livre serait un film érotique du samedi soir sur M6 face à Dorcel sur Canal +… ça émoustille à peine la ménagère de moins de 50 ans que je suis.

Mais c’est sans doute un très bon moyen de démarrer ce genre de lecture, si tant est que l’on souhaite continuer … Et ça éclaire un peu sur la pratique du SM, d’un point de vue psychologie, pas d’un point de vue technique – quoique.

Je recommande donc sa lecture à toutes celles qui comme moi sont d’une nature curieuse, ça peut aussi alimenter quelques conversations entre lectrices et puis franchement, ça ne fait pas de mal de se détendre avec …

Dans la même lignée, mais en mieux, tu as Snuff de Chuck Palahniuk.

Là on entre dans tout autre chose. Le porno est bien le point de départ. Mais le vrai porno.

Une actrice porno décide de terminer sa carrière par un gang-bang avec 600 personnes – mon prochain billet sur les mots clés va être hum-hum.

Le roman nous fait suivre 3 de ces 600 hommes. En lisant le livre, vous comprendrez pourquoi eux, pourquoi elle …

Ce livre est un poil trash, sale, subversif à souhait mais c’est aussi un vrai éclairage sur le monde du porno, ses dessous – oh le jeu de mots – et ses secrets.

Certains passages sont répugnants – pas forcément dans le sexuel – comme cette salle de bain qui accueille les 600 hommes – non mais tu imagine une salle de bain qui voit passer 600 bonhomme sous viagra, se préparant à … bref, pauvre femme de ménage …

J’ai été très déçu par la manque de cru du livre – 1 femme / 600 hommes, ça ne fait rêver personne mais ça promet du lourd… Et bien non… Dommage.

C’était ma presque première aventure dans le livre chaud… je lirai surement les deux suites de Fifty shades ok grey… mais j’en resterai là.

Et toi, tu en lis, en a lu ? Raconte !

Le plus grand Marks & Spencer de France va être juste à côté de chez moi …

Je suis assez proche du nouveau centre commercial So Ouest qui ouvre ses portes la semaine prochaine à Levallois-Perret et dans ce magnifique – je l’espère – nouveau temple de l’achat compulsif, il va y avoir une boutique Marks & Spencer de folie, le plus grande de l’hexagone – et tout un tas d’autres supers boutiques, on en parle très prochainement.

Si comme moi, il y a une décennie tu regrettais la disparition de ces boutiques, si comme moi, à Londres tu t’es ruée dans le premier M&S trouvé – pour y acheter des fringues de bébé trop mignons – alors, comme moi tu es contente de les retrouver.

Quand j’étais jeune – vers 18 ans – M&S c’était le magasin branchouille ou j’allais claquer mes petites payes en fringues ou en nourriture.

Parce que oui, Marks et Spencer c’est des fringues mais c’est aussi toute une gamme de produits alimentaires.

Une preuve ? Benjamin de Top chef nous en fait la démonstration en nous préparant un apéritif du tonnerre :

 

J’ai déjà opté pour cette apéro pour un prochain diner entre amis. Je sais ou me fournir.

Tu peux retrouver M&S sur Facebook – comme tout le monde ou presque.

Moi, j’ai déjà …

Cette fois, on s’attaque au j’ai déjà – juste après le je n’ai jamais ... et c’est MaMaTwIns qui s’y colle la première !

Donc on va faire court :

1. j’ai déjà regretté d’avoir dit quelques chose 3 secondes après l’avoir dit,

2. j’ai déjà couché avec le mec d’une copine – mais ils étaient « séparés temporairement » et j’avais pas de mec moi –

3. j’ai déjà voulu me marier, puis plus du tout voulu, puis de nouveau eu envie… et là en ce moment j’ai très envie de le faire … et tout ça avec le même homme,

4. j’ai déjà vomi sur quelqu’un,

5. j’ai déjà eu un ou plusieurs secrets qui me permettraient de faire Secret Story,

6. j’ai déjà pleuré au travail – mais je pleure facilement en fait,

7. j’ai déjà changé de chemin et fait un gros détour pour éviter des coins sombres en rentrant tard le soir chez moi ou si je voyais un ou plusieurs mecs louches au loin,

8. j’ai déjà eu peur pour mes enfants, et j’ai détesté ça forcément,

9. j’ai déjà accepté de faire un truc que je ne voulais pas pour faire plaisirs

10. j’ai déjà fugué – j’avais 15 ans.

Et toi ????

Elle ne dort toujours pas bien … non, et alors ?

Après la lecture mardi du billet de Papa- blogueur sur le sommeil des enfants, j’ai aussi eu envie de t’en parler !

Je ne vais te dire la même chose que son excellent billet, ici aussi, c’est l’homme qui gère 80% du sommeil depuis la fin de l’allaitement de la dernière – la grande il a toujours fait 99.99% environ. Ici aussi on test tout.

Non moi je vais te parler d’un autre problème… Les autres parents …

ça commence souvent par une discussion anodine. On parle de la pluie et du beau temps, on demande l’âge ou les prénoms des enfants … et puis, d’un coup, LA question« Ils dorment bien ? »

Ce n’est pas tant la question qui me pose problème, je comprends un peu, les gens qui la pose. C’est la réponse qui m’agace. Hormis quelques exceptions, j’ai toujours droit à la réponse que je redoute  » Ils dorment super bien depuis quasiment leurs naissances ».

Et là, dans ma tête, tout y passe :

– C’est dégueulasse

– Pourquoi pas moi ?

– Mais comment font-ils ?

– Qu’est ce que j’ai fait de mal ?

– J’aurais dû la laisser pleurer quand elle était bébé … etc …

Mais tout cela est complément bête. Évidement enchainer 2 ans de nuits hachurées, de soirées pourries par une enfant qui hurle, ce n’est pas drôle, c’est parfois même épuisant physiquement mais surtout moralement, mais c’est ainsi.

Je sais que des tas de gens ont de bons conseils à nous donner, la laisser pleurer, la prendre dans nos bras, lui mettre une veilleuse, changer son lit de place, méthode du 5-10-15, retourner la rassurer, retourner la disputer – si, on me l’a conseillé. J’ai même une collègue qui m’a conseillé de faire comme elle, mettre l’enfant au lit et aller au restaurant avec mon conjoint, sans baby-sitter sinon c’est pas drôle, histoire de décompresser… ben voyons !

Nous avons eu nos moments de découragement, nous avons dû renoncer à certains principes. Oui, nous l’avons laissé hurler dans sa chambre, chose que je m’étais juré de ne pas faire. J’ai eu des soirs d’énervement… j’en ai pleuré aussi… souvent en fait.

Mais le plus dur au final, c’est de répondre à cette question.

Le regard que la société nous porte, à nous parents de mauvais dormeurs. J’ai cette impression, peut être à tort, d’être jugée sur ce point. Comme si de ma réponse dépendait de savoir si je suis ou non une bonne mère. Comme si cette réponse  » non, elles dort très mal » était une preuve ultime de notre incompétence.

Nos filles sont polies, agréables et aimantes, j’exclue le mot sages exprès, elle ont bien le temps d’être sages, elle sont juste des petites filles pour le moment. on ne peut pas nous faire reproches la dessus.  Je travaille mais pas trop pour être tout de même présente avec elles, nous sommes un couple uni, l’amour inonde notre petit appartement ! … Ce problème de sommeil c’est notre talon d’Achille de l’éducation…

J’ai donc deux solutions :

– Assumer

– Mentir …

Je sens que je vais adapter ma réponse à mon interlocuteur !

Tourner une page …

Aujourd’hui, jour de congé avec les filles – comme tous les mercredis – je me décide à faire du tri dans les armoires mais surtout dans les vêtements que nous n’utilisons plus.

Après les vêtements de bébé qui sont destinés à ma nièce, je me suis attaqué à ce qui me restait de vêtements de grossesses.

Nous avons décidé, que les enfants c’est finit pour nous, aussi, inutile de garder des fringues qui ne nous servirons plus.

Bien sur, c’est étrange de mettre à destination des bonnes œuvres des vêtements si particuliers.

Choisis avec attention, pour un moment très particulier et très court d’une vie de femme, ils représentent bien plus qu’un jean ou un tee-shirt lambda, et surtout, les donner n’a pas la même signification.

De tous ces vêtements, il y en a un tout particulier que je n’ai pas pu mettre dans le sac.

Un tee-shirt seraphine représentant un bébé – merci google, je l’ai retrouvé pour te le montrer –

Ce tee-shirt je l’ai acheté en 2006 aux galeries lafayette lors de la grossesse de ma grande, je l’ai aussi beaucoup porté pour celle de la petite. Il n’a jamais bougé et était sans conteste « mon » tee-shirt de grossesse, celui dans lequel je me sentait belle et fière.

Je n’ai jamais pu me résoudre à le prêter à mes amies ou ma soeur. J’y tenais trop.

Le donner ne va pas être envisageable avant quelques années, même si il va juste rester dans un placard  :-)

Et toi – ou ta femme – avez un vêtement de grossesse préféré ?